Publié le

Le printemps du thé

La boisson la plus bue au monde (après l’eau).

Elle a vu le jour vers 2737 av.J.-C.
C’est la saison céleste du thé. Après trois mois de sommeil, la nature s’éveille, s’étire, quelques timides bourgeons l’annoncent enfin : le divin élixir
Ce matin, quand dans ma tasse j’ai humé mon vieux thé, une envie de jeunes pousses m’a saisie. Une petite voix résonne: Mais dis-moi le thé qu’est-ce que c’est ? Le thé !! TROIS lettres pour exprimer un mystère c’est si peu. Des images, des odeurs, des saveurs, une douce caresse, tout se mêle, mes cinq sens en témoignent. Je vais être classique, mais comment ne pas l’être quand on évoque une histoire qui remonte à plus de quatre millénaires.

 

L’empereur Chen Nung, inventeur du thé.

 Les origines du thé

« Selon la légende c’est l’empereur Chen Nung« l’empereur médecin » qui serait à l’origine du thé, cet érudit ne buvait que de l’eau bouillie. Un jour qu’il se reposait sous un arbre, une feuille tomba dans sa tasse et donna à l’eau une saveur, une couleur, d’une grande délicatesse, qui le ravirent. » Le thé c’est une révélation, c’est simple et compliqué. Thé vert, blanc, bleu-vert, sombre, noir, rouge (même si c’nest pas du thé)… chinois, japonais, indien, « anglais »,coréen… en briques, en poudre, en feuilles (en sachets ?)… le matin, le soir, pour méditer, se réveiller, accueillir…
Il a fait l’objet de tous les appétits, de toutes les luttes : commerciales, politiques, mais avant tout il EST.

A celui qui se languit. Des fleurs du printemps, Montre les jeunes pousses. Qui sortent dans les collines enneigées… Le thé n’est rien d’autre que ceci : faire chauffer l’eau, préparer le thé et le boire convenablement. C’est tout ce qu’il faut savoir.

Soshitsu Sen, Extrait de « vie du thé esprit du thé »

Et le printemps dans tout ça ?

Dans le monde entier, les thés de printemps sont impatiemment attendus. Ils sont considérés comme les meilleurs ; légers, avec la force et la vivacité de la jeunesse, ils incarnent le renouveau de la nature dans chaque tasse qu’ils emplissent de leur simplicité complexe. Après un hiver où le théier a préservé ses réserves, la sève qui circule à nouveau jusqu’au sommet de l’arbre fait éclater les bourgeons printaniers.

 

Dans le monde entier, les thés de printemps sont impatiemment attendus.

Après un hiver où le théier a préservé ses réserves, la sève qui circule à nouveau jusqu’au sommet de l’arbre fait éclater les bourgeons printaniers. Leur seule et unique cueillette confère au thé auquel ils donnent naissance une saveur exceptionnelle.Rares, éphémères, ils incarnent la fugacité et le caractère précieux de la vie. Long jing, yin zhen, mao feng, darjeeling, sencha, bancha, kukicha, gyokuro, matcha… c’est au printemps qu’ils vous susurreront leurs délicats arômes.

Alors ! A vous de jouer !
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *