Publié le

Les cerisiers sont en fleurs

Quelle magnificence les fleurs de yamazakura !

Les cerisiers : (prunus cesarus)… Pas moins de 130 espèces, le plus grand nombre en Asie orientale (110).
Leur pays d’origine ? Sans doute l’Asie mineure et la Caucasie.

Au Japon les deux espèces sauvages les plus représentatives sont les » yamazakura » et les « Edohigan », qui sont des croisements du cerisier velu (prunus cesarus tomentosa) un arbuste robuste (il résiste à des températures de -40°) à l’abondante floraison rose clair à blanc…

Les cerisiers : bien-être et poésie
Les fruits charnus sont riches en vitamine C et les pédoncules sont utilisés en phythorérapie. Leurs tisanes soulagent les bronchites et les diarrhées, mais sont aussi les alliées, du fait de leur pouvoir diurétique, des redoutables régimes de printemps qui fleurissent dans tous les magazines (après un hiver froid, ou triste, ou les deux, qui a dirigé les pas des plus démoralisés vers leur réfrigérateur).
Mais laissons là, ces contingences si matérialistes.

Les cerisiers sont pure poésie.
( Encore que, poésie et bien-être ne font-ils pas écho ?)
Selon le poète « La vie est une cerise La mort est un noyau L’amour un cerisier. » Jacques Prévert

L’image d’Epinal des cerisiers en fleurs c’est le « hanami » ; ce pique-nique, qui serait une coutume datant de l’antiquité, lorsque les paysans prêtaient aux cerisiers en fleurs ce pouvoir d’accueillir les kami, qui, ensuite, favoriseraient leurs récoltes. A l’époque, partager son repas (aux pieds des cerisiers en fleurs), avec les dieux pour les honorer était donc VITAL.


Puis, cette coutume, ce rite, qui annonçait le début des travaux des champs, a été reprise par l’Empereur et sa famille pour devenir l’occasion de joutes poétiques : « des improvisations » en chinois classique, sur un thème donné au hasard. Ces hanami prestigieux étaient illustrés de musiques, de chants, de mets fins de saké…
L’ivresse du printemps, de la renaissance, du cycle perpétuel de la nature a été également reprise par les samouraïs et les shoguns. La fête la plus célèbre fut celle donnée en mars 1598 par Toyotomi Hideyoshi. Pas moins de 700 cerisiers en fleurs provenant de tout le Japon furent réunis au temple Daigo à Kyoto.
Mais au-delà de ces manifestations de la puissance des « nobles », la force de ce symbole shintoïste et sa poésie sont l’âme de la nation japonaise.
Dailleurs, on retrouve les cerisiers en fleurs, jusque dans les comptines pour enfants :

Fleurs de cerisiers Fleurs de cerisiers
Fleurs de cerisiers, fleurs de cerisiers
Sur les montagnes et dans les villages,
à perte de vue
elles ressemblent à de la brume ou des nuages,
fragrances dans le soleil matinal
fleurs de cerisiers, fleurs de cerisiers,
elles sont en pleine floraison.

Fleurs de cerisiers, fleurs de cerisiers,
Dans le ciel d’avril
à perte de vue.
Elles ressemblent à la brume ou à des nuages
Qui fleurissent en embaumant.
Allons ! Allons !
Allons les voir !

De nos jours, dans tout le Japon on surveille la date de floraison des cerisiers. La beauté fugace à l’image de celle de la vie, des fleurs de sakura est prétexte à se rencontrer entre amis, collègues, familles…
Au printemps, du monde entier les touristes convergent vers le Japon pour y partager ces instants de poésie.

hana no kage . aka no tanin wa . nakari keri

sous les fleurs de cerisiers
personne n’est
un parfait étranger ( Issa)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *