Publié le

S E T S U B U N

 

Mamemaki, la tradition de lancer des haricots pour faire fuir les forces néfastes, introduite au VIIIe siècle à la cour de Heian, est aujourd’hui un rite populaire ancré dans tout le Japon.

C’est normalement le chef de famille ou un « toshi otoko », membre masculin de la famille né sous le même signe astrologique chinois que celui de l’année en cours, qui est censé effectuer le rituel. Mais toute la famille y participe avec enthousiasme

Dailleurs, cette année c’est l’année du chien ; une année dynamique !

Mais le chien est aussi le signe de la loyauté de la confiance et de la générosité.

Que de bons augures !

On  offre Les fukumame (haricots porte-bonheur), tout d’abord aux dieux en les déposant sur l’autel familial. Chaque année, les japonais affluent dans les temples Naritasan-Shinshōji, Kanda myôjin, Ikegami-Honmonji, Sensôji pour cette fête.

Dans certaines régions on utilise des cacahouètes.

De quoi faire sortir les macaques de leurs sources d’eau chaude !

Après avoir lancé les haricots ou les cacahouètes , on les ramasse et on en mange le même nombre que son âge. Une variante veut qu’on en mange un(e) de plus que le nombre d’années vécues, pour devenir plus robuste et éviter d’attraper des rhumes.

Enfin on mange un ehômaki d’une traite et sans parler en faisant un vœu tourné dans la direction de bon augure de l’année.

VERT COQUELICOT vous convie à rejoindre tous les aspirants au bonheur le 10 février espace Marie Bour 36, rue Mac Mahon à Nancy

Vous pourrez y découvrir des jouets traditionnels, participer à un forum traitant des voyages au Japon, découvrir une démonstration de Kenbu, une exposition sur le thé, participer à des ateliers d’origami, de la porte bonheur japonaise, déguster des makis, du thé etc. et bien sûr chasser la malchance pour que l’année du chien tienne toutes ses promesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *